/

Coordinateur.trice Projet - H/F – Abala & Ayérou- NIGER

--ALIMA--

ALIMA au NIGER

 

Les programmes ALIMA au Niger :

 

ALIMA intervient au Niger depuis juillet 2009, en collaboration avec l’ONG médicale nigérienne BEFEN (Bien Etre de la Femme et de l’Enfant au Niger).
En quelques années, BEFEN est devenu un acteur majeur parmi les ONG médicales nationales et internationales au Niger. Ensemble, ALIMA/BEFEN gèrent :

-    un programme de prise en charge de la malnutrition et du paludisme dans le district de Mirriah (800 000 habitants) - dans la région de Zinder à l’est du             Niger et dans le district de Dakoro (660 000 habitants) dans la partie nord de la région de Maradi

-    un programme RRM dans les districts de Tchintabaraden, Tassara et Tillia, région de Tahoua, dans la partie Nord du pays.

-   un programme d’accès aux soins et prise en charge médico-nutritionnelle des populations affectées par le conflit au Sahel dans les districts d’Ayérou, d’Abala (région de Tillaberi) et Guidan Roumdji (Région de Maradi).

 

ALIMA/BEFEN interviennent dans le district de Mirriah depuis 2009 et dans le district de Dakoro depuis 2012. L’objectif du programme est de réduire la mortalité infanto-juvénile dans les 2 districts sanitaires à forte prévalence de malnutrition aigüe sévère (MAS) et de paludisme. Il consiste donc à renforcer l’accès à la prise en charge de la MAS et aux soins de santé préventifs et curatifs pour les enfants de moins de 5 ans et les femmes enceintes et allaitantes. ALIMA/BEFEN s’inscrivent dans une logique de désengagement progressif des Centres de Récupération Nutritionnelle Ambulatoire pour Sévères (CRENAS) en fonction de leurs ressources et capacités afin que les activités soient reprises par les autorités sanitaires.

 

En 2017, ALIMA/BEFEN appuient 12 CRENAS à Dakoro pour la prise en charge de la MAS, ainsi que l’hôpital de district pour les cas de MAS avec complications et le service de pédiatrie. Au Nord du district, une clinique mobile permet d’assurer les soins de santé maternelle et primaire dans les zones de désert sanitaire peuplées essentiellement de populations nomades.

 

A Mirriah, ALIMA/BEFEN appuient 14 CRENAS ainsi que l’hôpital de district pour les cas de MAS avec complications et les cas pédiatriques.

L’approche PB-mère a été développée au Niger par les équipes d’ALIMA. Entre mars 2013 et avril 2014, une étude financée par l’UNICEF a été menée sur deux aires de santé du district de Mirriah. Elle visait à déterminer la faisabilité du dépistage de la MAS par les mères en mesurant le périmètre brachial de leurs enfants et ainsi à les dépister plus tôt. Les résultats ont été très positifs avec un dépistage plus efficace et moins coûteux par les mères que par les relais communautaires. En 2015, l’approche PB-mères a été étendue aux 8 aires de santé du projet « 1000 jours », permettant de former près de 30 000 mères/gardiennes d’enfants et volontaires. En outre, chaque femme accompagnant un enfant admis au Centre de Récupération et d’éducation Nutritionnelle Intensif avec complication (CRENI) ou en pédiatrie, à Mirriah et à Dakoro, a été formée au dépistage à l’aide du ruban PB.

Un projet de recherche « 1 000 jours » était mis en œuvre dans 8 aires de santé du district de Mirriah. Il vise à mettre en œuvre un paquet complet de soins préventifs à haut impact (CPS, PEV, supplémentation nutritionnelle, etc.) et curatifs lors des 1000 premiers jours de l’enfant, soit depuis sa conception jusqu’à ses 2 ans. Le suivi médical du couple mère/enfant est ainsi assuré au cours de la période où l’enfant est le plus vulnérable à la malnutrition et aux pathologies courantes. Menée en partenariat avec l’INSERM de Bordeaux pour la composante recherche, l’étude doit démontrer la faisabilité d’un tel mode opératoire dans un contexte de crise nutritionnelle chronique et de ressources limitées, l’acceptabilité par les usagers et les effets bénéfiques pour la santé de l’enfant.

 

Le projet dit « Santé Nomade » a démarré en octobre 2015 par l’ouverture d’une base ALIMA dans le district de Tchintabaraden. Il vise à améliorer l’accès aux soins de santé primaires et secondaires pour les populations nomades et géographiquement dispersées dans le district de Tchintabaraden, région de Tahoua. Les activités médicales ont débuté en mars 2016, et s’articulent autour de trois axes : la santé de la reproduction, la prise en charge intégrée communautaire et clinique des maladies de l’enfant, et la chirurgie foraine (générale et ophtalmique). Le projet vise à tenir compte des spécificités des populations nomades et géographiquement dispersées, en mettant en place des cliniques mobiles ou des consultations téléphoniques grâces aux relais communautaires. Un fort accent sur les stratégies communautaires est ainsi mis en place.

C’est dans le cadre de ce projet qu’ALIMA a identifié en septembre 2016 les premiers cas de l’épidémie de la Fièvre de la Vallée du Rift. Le cœur de l’épidémie se situait dans le département de Tchintabaraden, dans la région de la Tahoua. ALIMA est intervenue dès l’apparition des premiers malades en ouvrant un centre de traitement gratuit au sein de l’hôpital de Tchintabaraden. ALIMA a également organisé les références depuis les structures périphériques, assuré la formation du personnel médical et paramédical, et doté les cases de santé de kits de stabilisation. ALIMA a pris en charge 346 cas sur les 399 cas déclarés dans le pays de Fièvre de la Vallée du Rift et a sensibilisé 57 760 personnes sur les modes de transmission de la maladie, ses symptômes et les moyens de protection.

Ces actions ont permis d’endiguer l’épidémie de Fièvre de la Vallée du Rift dont la fin a été officiellement déclarée le 14 février 2017.

 

En 2019, dans l’ensemble du pays, 2,3 millions de personnes ont besoin d’une aide humanitaire et la plupart d’entre elles se trouvent dans la zone des trois frontières (régions situées à la jonction du Mali, du Niger et du Burkina Faso), en particulier dans la région de Tillabéri (408 600 personnes) et la région de Tahoua (308 425 personnes) -  dont 182 114 à Tillabéri et 216 349 à Tahoua en besoin d’assistance sanitaire urgente. C’est dans ce contexte que ALIMA a décidé d’opérer en mettant en place les équipes de Cliniques Mobiles afin de venir en aide à toute cette population.

 

A Maradi, depuis le mois de mai 2019, dans le nord-ouest du Nigéria, plus précisément dans les Etats de Sokoto, l’insécurité due à la présence de groupes armés non étatiques, s’en prenant aux biens et aux civils, a provoqué des mouvements de populations en direction du Niger. De multiples incidents ont été perpétrés (meurtres, kidnappings contre rançon, viols, pillages, extorsions des biens etc.) à l’encontre des populations d’une quarantaine de villages poussant ainsi 60 000 nigérians à se réfugier dans les départements de Guidam Roumdji et Madarounfa (DS Maradi) entre Mai et juillet 2019. ALIMA, fidèle à ses engagements, est intervenu avec une grande expertise et en urgence pour apporter de l’aide médicale aux déplacés et réfugiés dans les aires de santé de Guidam Roumdji, Souloulou, Tiadi et Dan Kano.

 

Au Niger, les projets ALIMA/BEFEN sont financés par ECHO, BHA, AFD, GATES, ELRAH, UNICEF, Food For Peace, GIVEWELL, UNITAID. 

 

PROTECTION DES BÉNÉFICIAIRES ET DES MEMBRES DE LA COMMUNAUTÉ

Niveau 3 : Dans le cadre de ses fonctions, le ou la titulaire du poste sera amené·e à visiter les programmes et être en contact avec des enfants ou/et des adultes vulnérables. Par conséquent, la vérification du casier judiciaire ou la présentation d'un certificat de bonne vie et mœurs sera nécessaire. Dans les situations où l’impossibilité de fournir un casier judiciaire ou un certificat de bonne vie et mœurs est constatée, une déclaration sur l’honneur sera demandée.

LIENS FONCTIONNELS ET HIERARCHIQUES

   Il·Elle rend compte au chef ou à la cheffe de mission basé·e en coordination.

   Il·Elle supervise/encadre l’équipe cadre du projet (par exemple le ou la Référent.e Médical·e, le ou la Responsable Administration, le ou la               Responsable Logistique et le ou la Responsable des soins infirmiers) ainsi que les équipes nationales en collaboration avec ses référent·es           techniques au niveau du projet.

   Il·Elle collabore avec la coordination (médicale, logistique et financière et des ressources humaines) et avec les partenaires.

 

MISSIONS PRINCIPALES

 

1.                  Définition et planification stratégique

 

      Analyse du contexte (environnement, acteurs, sécurité, négociations d’accès…) et les enjeux humanitaires.

      Identifie et analyse les besoins médicaux et humanitaires en collaboration avec le Référent Médical, afin de proposer une stratégie opérationnelle pertinente sur la zone d’intervention, en lien avec le mandat d’ALIMA, les principes humanitaires et le principe de “do no harm / ne pas nuire”.

      Propose un setup opérationnel et une planification pertinente (chronogramme, budget, plan d’approvisionnement…) en fonction de la stratégie opérationnelle définie avec les autres coordinateurs (chef de mission, coordinateur médical, coordinateur logistique, coordinateur financier et coordinateur RH).

      Évalue les risques et les contraintes, et propose l’adaptation de la stratégie et du plan d’action en cas d’éléments nouveaux non prévus après consultation avec la coordination pays (chef de mission coordinateur médical, coordinateur logistique, coordinateur financier et coordinateur RH) et les autres acteurs humanitaires, internationaux et gouvernementaux présents dans la zone d’intervention.

 

2.                  Mise en œuvre des programmes Gestion et suivi du projet

 

      Applique des outils de gestion de projet mis à sa disposition par le ou la chef.fe de mission

      Contrôle le respect du chronogramme établi et des objectifs fixés.

      Évalue les objectifs du projet et de leurs mises en œuvre (financiers, humains, logistiques…) via l'élaboration de rapports synthétiques et pertinents réguliers pour la coordination (SITREP)

      Fait le suivi de chaque département présent sur sa base et s’assure de la bonne mise en œuvre des activités selon les objectifs fixés.

      Assure une communication efficace au sein de son équipe et une circulation fluide de l’information (objectifs opérationnels, outils, chronogramme, contexte…).

      Organise, anime et documente des réunions de coordination avec son équipe, selon la fréquence définie avec la coordination pays (hebdomadaire ou journalière en cas d’intervention d’urgence)

      Organise la mémoire du projet en gardant une trace écrite sur son évolution.

 

a.                  Représentation

 

      Participe aux réunions de coordination dans sa zone d’intervention (sous cluster, réunions de riposte…).

      Collabore avec les acteurs humanitaires et médicaux afin de garantir une bonne coordination des activités et des équipes dans la zone d’intervention et la mutualisation des moyens.

      Après validation du chef de mission ou de la cheffe de mission, peut être solliciter pour porter des messages de plaidoyer auprès des acteurs et/ou des autorités locales.

      Entretient des relations étroites et des échanges réguliers avec les autorités administratives et sanitaires pour la bonne conduite du projet (signature et respect des MoU, négociation des ressources allouées aux activités, mise en œuvre conjointe des activités…).

      Avec l’appui de la coordination pays (chef de mission et/ou coordinateur médical), organise les visites des partenaires techniques et financiers dans sa zone d’intervention.

 

b.                  Gestion des moyens matériels et financiers

 

 

      Maîtrise le budget de sa base et responsabilise chaque département à la maîtrise de ses lignes budgétaires

      Supervise et valide la bonne utilisation des moyens mis à la disposition par ALIMA pour la réalisation du projet, de l’ensemble des commandes (médicales et logistiques) et des achats du projet.

      Contrôle que le suivi mensuel de l’état des dépenses et des engagements du projet est fait et participe à l’analyse des données financières avec le responsable administratif de sa base

      Veille au respect des standards dans la gestion administrative du projet.

      Contrôle que le suivi mensuel de l’état de la logistique du projet est fait et participe à l’analyse des données avec le RLP du ou des projets de sa zone d’intervention (suivi des stocks, équipements, parc véhicule, communication…).

      Responsable de la mise en place et du suivi du plan d'approvisionnement en collaboration avec le RLP.

 

3.                  Analyse des données et reporting

 

      En collaboration avec l’équipe médicale projet et la coordination (chef.fe de mission et coordinateur.rice médical.e), il.elle propose des indicateurs programmatiques SMART et pertinents afin d’évaluer, suivre et garantir la qualité du projet selon les protocoles ALIMA et les normes internationales (SPHERE, OMS…).

      Supervise la mise en place d’un système de collecte et d’analyse de données médicales et de surveillance épidémiologique (avec l’appui et la validation de la coordinatrice ou du coordinateur médical.e) et de son évolution en fonction des besoins.

      Consolide les rapports de tous les départements et analyse les données pour partage à la coordination selon le chronogramme mission (SITREP).

      Contribue à l’écriture des projets et futurs projets de sa zone d’intervention ainsi qu’au reporting interne et opérationnels de tous les projets de la même zone.

 

4.                  Encadrement et animation d’équipes

 

      Suit individuellement chaque membre de l’équipe dont il/elle a la responsabilité directe : encadrement, coaching, soutien, conseil et évaluation.

      Identifie des formations pour ses équipes.

      Réalise les POP (plan des objectifs de performance) des membres de l’équipe sous sa responsabilité directe en collaboration avec leur.s référent.s techniques. et veille à ce que ceux-ci garantissent les POP pour leurs équipes.

      Réalise l’évaluation de fin de mission des membres de son équipe en collaboration avec leur.s référent.s technique.s et partage au chef de mission et à l’administration

      Prévient et résout les conflits au sein de son équipe en collaboration avec l’administration et les outils mis à sa disposition.

      S’assure que les contraintes liées à la sécurité et à la santé sont comprises par tous.

      Planifie et anime des réunions de travail avec l’équipe et les partenaires : avancement des projets, sécurité, réunions d’équipe, s’assure que les comptes rendu sont partagés avec le desk et archivés dans le drive

      Transmet aux équipes des informations et directives données par la coordination et/ou le siège ALIMA.

      Planifie les remplacements du personnel de son projet.

      Contribue à la rédaction des profils de poste.

      Participe à la composition des équipes.

      Responsable de l’accueil et du briefing des nouveaux arrivants expatriés ALIMA.

      Définir les profils de poste et les plan d’objectifs de performance des membres de son équipe

      Réaliser les bilans de son équipe dans une approche de parcours professionnel

      Faciliter les actions de formations en vue du développement/renforcement de compétences des équipes sur les thématiques RH et transversales.

      Proposer et accompagner les évolutions de poste en accord avec les politiques ALIMA

      Proposer et anticiper des détachements

      Favoriser la mobilité (interne et externe) du staff dans le cadre des politiques en vigueur

      Identifier les compétences que les membres de son équipe doivent acquérir pour maîtriser leurs postes et organiser des formations pour les renforcer

      Organiser et animer des réunions d’équipe

 

5.                  Analyse et gestion de la sécurité

 

      Responsable de la sécurité des employé·e·s ALIMA et partenaires sur les projets de sa zone d’intervention

      Évalue les risques et menaces liés à la mise en œuvre des activités.

      Établit les règles de sécurité pour sa zone d'intervention, sous validation de la coordination pays, les diffuse au personnel et s’assure de leur respect par l’ensemble des équipes projet.

      Identifie et développe un réseau afin de garantir la sécurité des équipes et l’accès aux populations vulnérables ciblées par le projet. Cela peut impliquer une négociation directe ou indirecte avec les groupes armés et acteurs humanitaires (UN par exemple) en présence dans la zone d’intervention.

      Collecte, centralise et analyse les informations liées au contexte sécuritaire et partage avec le chef de mission pour faciliter les prises de décisions

      Informe la coordination pays des comportements individuels ou collectifs en contradiction avec les règles de sécurité et si nécessaire participe au processus disciplinaires

      Informe la coordination pays de tout incident sécuritaire ou menace pouvant avoir un impact sur la sécurité du personnel et/ou des biens d’ALIMA

      S’assure avec le responsable administratif du projet de la sécurité du cash et de la mise à jour du guide gestion de cash.

      S’assure du respect et de l’application de la procédure ALIMA en cas d’incident majeur.

 

6.                  Développement des outils informatiques

 

      Encourage l’utilisation du drive dans le partage d’information et l’archivage

      Donne les moyens aux salariés ALIMA de se former à l’utilisation de ces outils

 

            7.                   Mise en œuvre des mesures de prévention contre les abus de pouvoir, les violences sexistes et sexuelles :

 

      S’assure que son équipe, les partenaires et les membres de la communauté connaissent la politique d’ALIMA et ont accès à l’information (mécanisme de remontée des plaintes, focal point…).

      Facilite l’organisation de formations et de séances de sensibilisation

      Applique les standards relatifs à la prévention des abus de pouvoir, des violences sexistes et sexuelles.

      S’assure que les membres de son équipe et ceux des partenaires impliqués sur le projet (Ministère de la Santé, partenaires nationaux…) suivent les formations et les séances de sensibilisation et appliquent les règles de prévention des abus.

      Contribue à créer et maintenir un environnement épanouissant et protecteur pour son équipe, les membres de la communauté et les partenaires impliqués sur le projet. 


EXPERIENCES ET COMPETENCES

 

Expériences :

 

      Expérience préalable à un poste équivalent en ONG Internationale.

   Solde expérience dans des contextes sécuritaires dégradés et à des contextes d’urgence (minimum 2 ans).

 Expérience avérée et réussie de mise en œuvre/coordination des projets médicaux

      Expérience préalable en gestion d’équipe multiculturelle.

  Une qualification médicale ou paramédicale ou une expérience en gestion de projets médicaux est un atout

      Familiarité avec le contexte du Niger serait un atout

      Expérience en gestion de projet (projets axés sur la santé un atout)

 

 

Formation :

 

      Diplôme d’études supérieures médical ou paramédical, en gestion, ou tout autre domaine pertinent au poste et au contexte humanitaire médical

 

COMPÉTENCES ET QUALITES

 

      Capacité d’écoute et empathie.

      Communication facile.

      Capacité d’analyse de contexte, compréhension des enjeux médicaux et humanitaires.

      Capacité à développer et entretenir de réseaux

      Animation et motivation d’équipes.

      Capacité à identifier et anticiper les problèmes et les risques.

      Esprit orienté vers la résolution de problèmes.

      Organisation des rôles et délégation de tâches au sein d’une équipe.

      Capacité à définir des priorités.

  Établissement de réseaux de contacts et capacité à maintenir une posture neutre face à des acteurs opposés dans le cadre d’un même conflit armé.

      Autonomie.

      Sens des responsabilités.

      Capacité de prise d’initiative et de décision.

      Bonne gestion du stress.

      Flexibilité.

      Maîtrise de l’outil informatique (GSuite et pack office).

 

Langues :

    La maîtrise orale et écrite du français ou de l’anglais est indispensable

     La maîtrise d’une langue locale est un atout

CONDITIONS

 


Durée du contrat : 6 mois renouvelable

 

Prise de poste : 01/08/2021

 

Salaire : selon expérience + perdiem

 

ALIMA prend en charge :

- les frais de déplacements entre le pays d’origine de l’expatrié et le lieu de mission

- les frais d’hébergement

- la couverture médicale du premier jour de contrat à un mois après la date de départ du pays de mission pour l’employé et ses ayants droits

- l’évacuation pour l’employé et ses ayants droits

 

DOCUMENTS A ENVOYER 

 

Pour postuler, veuillez envoyer votre CV et Lettre de Motivation en ligne avant le 31/07/2021


Les candidatures sont traitées suivant l’ordre d’arrivée.

ALIMA se réserve le droit de fermer l’offre avant le terme initialement indiqué si une candidature est retenue.

Seules les candidatures complètes (CV en format PDF + Lettre de Motivation) seront étudiées.

Les candidatures féminines sont fortement encouragées.