/

Chef de Mission - Niger - H/F

--ALIMA--

ALIMA au NIGER

ALIMA intervient au Niger depuis juillet 2009, en collaboration avec l’ONG médicale nigérienne BEFEN (Bien Etre de la Femme et de l’Enfant au Niger). En quelques années, BEFEN est devenu un acteur majeur parmi les ONG médicales nationales et internationales au Niger. Ensemble, ALIMA/BEFEN gèrent

-    un programme de prise en charge de la malnutrition et du paludisme dans le district de Mirriah (800 000 habitants) - dans la région de Zinder à l’est du Niger et dans le district de Dakoro (660 000 habitants) dans la partie nord de la région de Maradi

-   un programme RRM dans les districts de Tchintabaraden, Tassara et Tillia, région de Tahoua, dans la partie Nord du pays.

-      un programme d’accès aux soins et prise en charge médico-nutritionnelle des populations affectées par le conflit au Sahel dans les districts d’Ayérou, d’Abala (région de Tillaberi) et Guidan Roumdji (Région de Maradi).

ALIMA/BEFEN interviennent dans le district de Mirriah depuis 2009 et dans le district de Dakoro depuis 2012. L’objectif du programme est de réduire la mortalité infanto-juvénile dans les 2 districts sanitaires à forte prévalence de malnutrition aigüe sévère (MAS) et de paludisme. Il consiste donc à renforcer l’accès à la prise en charge de la MAS et aux soins de santé préventifs et curatifs pour les enfants de moins de 5 ans et les femmes enceintes et allaitantes. ALIMA/BEFEN s’inscrivent dans une logique de désengagement progressif des Centres de Récupération Nutritionnelle Ambulatoire pour Sévères (CRENAS) en fonction de leurs ressources et capacités afin que les activités soient reprises par les autorités sanitaires.

En 2017, ALIMA/BEFEN appuient 12 CRENAS à Dakoro pour la prise en charge de la MAS, ainsi que l’hôpital de district pour les cas de MAS avec complications et le service de pédiatrie. Au Nord du district, une clinique mobile permet d’assurer les soins de santé maternelle et primaire dans les zones de désert sanitaire peuplées essentiellement de populations nomades.

A Mirriah, ALIMA/BEFEN appuient 14 CRENAS ainsi que l’hôpital de district pour les cas de MAS avec complications et les cas pédiatriques.

L’approche PB-mère a été développée au Niger par les équipes d’ALIMA. Entre mars 2013 et avril 2014, une étude financée par l’UNICEF a été menée sur deux aires de santé du district de Mirriah. Elle visait à déterminer la faisabilité du dépistage de la MAS par les mères en mesurant le périmètre brachial de leurs enfants et ainsi à les dépister plus tôt. Les résultats ont été très positifs avec un dépistage plus efficace et moins coûteux par les mères que par les relais communautaires. En 2015, l’approche PB-mères a été étendue aux 8 aires de santé du projet « 1000 jours », permettant de former près de 30 000 mères/gardiennes d’enfants et volontaires. En outre, chaque femme accompagnant un enfant admis au Centre de Récupération et d’éducation Nutritionnelle Intensif avec complication (CRENI) ou en pédiatrie, à Mirriah et à Dakoro, a été formée au dépistage à l’aide du ruban PB.

Un projet de recherche « 1 000 jours » est actuellement mis en œuvre dans 8 aires de santé du district de Mirriah. Il vise à mettre en œuvre un paquet complet de soins préventifs à haut impact (CPS, PEV, supplémentation nutritionnelle, etc.) et curatifs lors des 1000 premiers jours de l’enfant, soit depuis sa conception jusqu’à ses 2 ans. Le suivi médical du couple mère/enfant est ainsi assuré au cours de la période où l’enfant est le plus vulnérable à la malnutrition et aux pathologies courantes. Menée en partenariat avec l’INSERM de Bordeaux pour la composante recherche, l’étude doit démontrer la faisabilité d’un tel mode opératoire dans un contexte de crise nutritionnelle chronique et de ressources limitées, l’acceptabilité par les usagers et les effets bénéfiques pour la santé de l’enfant.

Le projet dit « Santé Nomade » a démarré en octobre 2015 par l’ouverture d’une base ALIMA dans le district de Tchintabaraden. Il vise à améliorer l’accès aux soins de santé primaires et secondaires pour les populations nomades et géographiquement dispersées dans le district de Tchintabaraden, région de Tahoua. Les activités médicales ont débuté en mars 2016, et s’articulent autour de trois axes : la santé de la reproduction, la prise en charge intégrée communautaire et clinique des maladies de l’enfant, et la chirurgie foraine (générale et ophtalmique). Le projet vise à tenir compte des spécificités des populations nomades et géographiquement dispersées, en mettant en place des cliniques mobiles ou des consultations téléphoniques grâces aux relais communautaires. Un fort accent sur les stratégies communautaires est ainsi mis en place.

C’est dans le cadre de ce projet qu’ALIMA a identifié en septembre 2016 les premiers cas de l’épidémie de la Fièvre de la Vallée du Rift. Le cœur de l’épidémie se situait dans le département de Tchintabaraden, dans la région de la Tahoua. ALIMA est intervenue dès l’apparition des premiers malades en ouvrant un centre de traitement gratuit au sein de l’hôpital de Tchintabaraden. ALIMA a également organisé les références depuis les structures périphériques, assuré la formation du personnel médical et paramédical, et doté les cases de santé de kits de stabilisation. ALIMA a pris en charge 346 cas sur les 399 cas déclarés dans le pays de Fièvre de la Vallée du Rift et a sensibilisé 57 760 personnes sur les modes de transmission de la maladie, ses symptômes et les moyens de protection.

Ces actions ont permis d’endiguer l’épidémie de Fièvre de la Vallée du Rift dont la fin a été officiellement déclarée le 14 février 2017.

En 2019, dans l’ensemble du pays, 2,3 millions de personnes ont besoin d’une aide humanitaire et la plupart d’entre elles se trouvent dans la zone des trois frontières (régions situées à la jonction du Mali, du Niger et du Burkina Faso), en particulier dans la région de Tillabéri (408 600 personnes) et la région de Tahoua (308 425 personnes) -  dont 182 114 à Tillabéri et 216 349 à Tahoua en besoin d’assistance sanitaire urgente. C’est dans ce contexte que ALIMA a décidé d’opérer en mettant en place les équipes de Cliniques Mobiles afin de venir en aide à toute cette population.

A Maradi, depuis le mois de mai 2019, dans le nord-ouest du Nigéria, plus précisément dans les Etats de Sokoto, l’insécurité due à la présence de groupes armés non étatiques, s’en prenant aux biens et aux civils, a provoqué des mouvements de populations en direction du Niger. De multiples incidents ont été perpétrés (meurtres, kidnappings contre rançon, viols, pillages, extorsions des biens etc.) à l’encontre des populations d’une quarantaine de villages poussant ainsi 60 000 nigérians à se réfugier dans les départements de Guidam Roumdji et Madarounfa (DS Maradi) entre Mai et juillet 2019. ALIMA, fidèle à ses engagements, a intervenu avec une grande expertise et en urgence pour apporter de l’aide médicale aux déplacés et réfugiés dans les aires de santé de Guidam Roudji, Souloulou, Tiadi et Dan Kano.

Le contexte particulier de pandémie CoviD 19 bouleverse toutes les prévisions et nous oblige à y faire face selon les capacités et les moyens disponibles au niveau de la mission. Ainsi, différentes interventions sont envisagées pour permettre une protection maximum de nos équipes et pour appuyer le pays dans la riposte au global.

Au Niger, les projets ALIMA/BEFEN sont financés par ECHO, OFDA, CERF, GATES, AFD, Food For Peace, UNICEF et la DUE. L’UNICEF et le PAM appuient également les programmes en fournissant des intrants.

TYPOLOGIE DU POSTE

LIEU DE MISSION : Niamey – Niger.

LIENS FONCTIONNELS ET HIERARCHIQUES

      Il rend compte au Responsable de programmes basé à Dakar. 

      Il encadre et anime l’ensemble de l’équipe de la Coordination et du terrain. 

      Il collabore avec toutes les équipes.

MISSION ET ACTIVITÉS PRINCIPALES

Sous l’autorité du responsable de programmes basé à Dakar vous serez chargé de mettre en œuvre les projets au Niger validés par le CA.

     Représentation et partenariat : 

      Représentation de l’association auprès des ONGs et des différents partenaires dont les autorités locales et les bailleurs, mais aussi les autres intervenants de l’aide, les médias et la société civile. Participation aux différents meetings ;

      Organisation et animation du partenariat : identification de partenaires, soutien, évaluation des partenariats ;

     Analyse, planification, mise en œuvre, suivi, évaluation des activités :

En étroite collaboration avec les ONG partenaires, dans l’objectif de garantir la qualité des programmes et de renforcer les ONG partenaires :

      Analyse du contexte humanitaire, politique, économique et social du pays ;

      Analyse/évaluation de nouveaux besoins, définition des stratégies et du contenu des projets à entreprendre ;

      Maintenir et renforcer le réseautage au sein de la mission

      Capitalisation des informations nécessaires à un éventuel plaidoyer/communication

      Support à l’écriture des projets ;

      Support à la planification des activités médicales, logistiques et administratives ;

      Elaboration et mise en œuvre des procédures de suivi et d’évaluation des projets ;

      Gestion des moyens financiers (budget, prévisionnel de trésorerie) et administratifs d’ALIMA au Niger.

      Participe à l’encadrement des coordinateurs de projet, dans la mise en œuvre des projets et les assiste dans la gestion des projets.

     Sécurité :

      Analyse de l’évolution de la situation liée aux problématiques politiques et sécuritaire au Niger ;

      Analyse du contexte et des risques induits ;

      Validation et update des règles de sécurité ;

      Contrôle de la transmission des règles de sécurité et leur respect ;

      Décision après accord du siège d’évacuer une base ou la mission si nécessaire.

     Recherche de financements :

En étroite collaboration avec les ONG partenaires, dans l’objectif de les renforcer :

      Evaluation des nouveaux bailleurs potentiels présents au Niger ;

      Coordination des liens avec les bailleurs présents au Niger ;

      Réponse aux appels à projet ;

      Support à la rédaction de la partie narrative des rapports intermédiaires et finaux.

     Management des ressources humaines 

      Définition des profils de poste, suivi, définition des objectifs, soutien et évaluation des employés d’ALIMA au Niger ; 

      Organisation et animation des réunions d’équipes de coordination.

      Rédaction des plans d’action individuelle et de leur évaluation des Coordinateurs projets, et des autres coordinateurs en collaboration avec leurs référents techniques du siège.

     Communication : 

      Initier le témoignage et participation à l’élaboration de plaidoyer si nécessaire ;

      Participation à l’information des donateurs et du grand public ;

      Participation à la communication externe de l’association au Niger.

EXPÉRIENCES ET COMPÉTENCES

Expériences / Formation du candidat 

      Expérience indispensable d’au moins 3 années sur un poste de coordination dans un cadre humanitaire ;

      Expérience d’un contexte sécuritaire « tendu » nécessaire.

      Expérience indispensable en termes de management d’équipe, gestion de projet, mise en place de stratégies d’intervention

      Expérience avérée dans la gestion de la sécurité est un atout majeur ;

      Bonne connaissance de l’opérationnalité humanitaire ;

      Connaissances dans un domaine technique humanitaire ;

      Compréhension des principales tâches administratives et financières ;

      Connaissance des procédures bailleurs UE, UN, etc. ;

      Compétences rédactionnelles indispensables ;

      Capacité à entretenir des réseaux et mener un lobbying pro actif.

Qualités du candidat 

      Capacités d’analyse et de synthèse ;

      Capacité d’organisation, d’adaptation et d’animation d’équipe ;

      Diplomatie et capacité à la négociation ;

      Sang-froid, patience et maturité professionnelle.

Langues parlées du candidat 

      La bonne maîtrise du français oral et écrit est indispensable ;

      L’anglais est un atout.

CONDITIONS

Durée du contrat : Contrat de droit français d’une durée de 6 à 12 mois (renouvelable)

Date de prise de poste prévue: 1er août 2020

Salaire : Selon expérience + perdiem

ALIMA prend en charge :

- les frais de déplacements entre le pays d’origine de l’expatrié et le lieu de mission

- les frais d’hébergement

- la couverture médicale du premier jour de contrat à un mois après la date de départ du pays de mission pour l’employé et ses ayants droits

- l’assurance rapatriement pour l’employé

Compte tenu du contexte sécuritaire, ce poste n’est pas ouvert en famille.

                        

DOCUMENTS A ENVOYER

Pour postuler, veuillez envoyer votre CV et Lettre de Motivation en ligne avant le 02/06/2020

Les candidatures sont traitées suivant l’ordre d’arrivée. ALIMA se réserve le droit de fermer l’offre avant le terme initialement indiqué si une candidature est retenue. Seules les candidatures complètes (CV PDF + LM) seront étudiées.

Les candidatures féminines sont fortement encouragées.